Campagne de plaidoyer #RefugeesWelcome

dans la région de l’Essex (Royaume-Uni)

Octobre 2015 — Novembre 2015

La demande formulée : En Septembre 2015, David Cameron, alors Premier Ministre du Royaume-Uni, vient d’annoncer publiquement que le gouvernement va financer l’accueil de 20 000 exilé·e·s syrien·ne·s. Mais sur le terrain, les collectivités territoriales ne jouent pas le jeu et ne font pas le nécessaire pour préparer l’accueil effectif des familles exilées. Dans ce contexte, Citizens UK encourage le lancement de campagnes #RefugeesWelcome dans tout le pays pour faire pression sur les élu·e·s locaux·les et assurer que le gouvernement britannique puisse tenir ses promesses d’accueil.

La demande réelle : La région de l’Essex est particulièrement conservatrice. Elle contient l’un des bastions de l’extrême droite britannique et ses habitant·e·s se prononceront à plus de 70% en faveur du Brexit. Dans ce contexte, les élu·e·s locaux·les craignent l’ouverture d’un débat local sur l’immigration et redoutent qu’une prise de position humaniste ne leur coûte leur siège. Dès lors, plutôt que de s’opposer frontalement à eux·elles, une campagne #RefugeesWelcome doit leur donner une base politique suffisamment large pour qu’il·elle·s puissent se positionner politiquement tout en bénéficiant d’un soutien public de la société civile locale.

Les défis : Il n’existe aucune section locale de l’association Citizens UK dans la région de l’Essex, ni collectif militant en faveur de l’accueil des exilé·e·s. Certes, il existe quelques associations qui sont rémunérées par l’Etat pour accueillir des exilé·e·s, mais le fait qu’elles soient financées par les pouvoirs publics les rend hostiles à toute campagne militante locale.

La méthode utilisée : Tout d’abord, une première série de rencontres avec des figures du monde associatif local (associations étudiantes et lycéennes, syndicats, collectifs d’habitant·e·s…) pour établir une base. Ensuite, une première session de formation au community organizing avec comme objectif de recruter de nouvelles associations pour rejoindre le mouvement. Enfin, une lettre commune adressée au Conseil Municipal de Colchester (la ville la plus progressiste de l’Essex) afin de demander l’accueil de familles exilées. Le jour de la négociation avec le Maire, la table de réunion est recouverte de dessins que les enfants des écoles alentour veulent offrir aux familles exilées.

Les résultats : En moins de 6 semaines, 25 organisations locales (dont l’université, le syndicat UNISON et le tout nouveau collectif Refugee Action) négocient l’arrivée de 50 familles exilées (soit 200 personnes), ce qui encourage la ville de Colchester à devenir “Cité Sanctuaire” l’année suivante. Une grand marche est organisée pour fêter la décision de la Mairie. Les élu·e·s marchent en tête du cortège et sont célébré·e·s par la société civile. Une grande assemblée citoyenne est ensuite organisée quelques mois plus tard, afin de s’assurer que les élu·e·s ont bien tenu leurs promesses. Dans le sillage de cette campagne, un grand nombre de collectifs (notamment lycéens et étudiants) naissent à Colchester pour soutenir l’accueil des exilé·e·s sur la durée. Poussé par cet élan, le député conservateur local participe à la création d’un groupe parlementaire informel qui entraîne l’adoption de l’Amendement Dubs sur l’accueil des mineur·e·s isolé·e·s de Calais.

#RefugeesWelcome       #CitizensUK       #CityofSanctuary

Organisations rassemblées

Semaines de campagne

Familles accueillies

Participant·e·s à la marche #RefugeesWelcome

“C’est un jour pluvieux de 2016, lors d’une marche pour l’accueil des exilé·e·s dans le centre-ville de Colchester, que j’ai fait la connaissance de Jean-Michel. Cette rencontre m’a encouragé à monter un groupe pour la défense des exilé·e·s au lycée de Colchester, en coordination avec le mouvement Refugees Welcome.

Mes pair·e·s et moi avons eu des réunions régulières avec Jean-Michel, pendant lesquelles il nous donnait des conseils et guidait notre réflexion sur comment changer les choses. Je suis persuadé que ce groupe aurait été un échec sans son aide, et son implication dans les mouvements sociaux m’a tellement inspiré que j’ai décidé de me lancer dans une carrière dans le domaine de la démocratie étudiante et des mouvements sociaux. J’espère inspirer les étudiant·e·s de la même manière qu’il m’a inspiré.”

Harry Jones

Lycéen et co-fondateur du collectif “Friend not foes” du lycée général de Colchester

Les grandes étapes du projet

2 au 15 Octobre 2015

Série de rencontres avec des figures du monde associatif local. Création du collectif qui portera la campagne.
 
 
$

29 Octobre 2015

Formation aux méthodes d’organisation et de mobilisation. Recrutement de nouveaux·lles membres.
 
 
$

3 Novembre 2015

Lettre envoyée à la Mairie, signée par 25 organisations locales. Le Maire et ses adjoint·e·s y répondent positivement dans la demi-journée.
$

14 Novembre 2015

Grande marche organisée pour célébrer la décision du Conseil Municipal et la victoire de la campagne.
 
 

Vous souhaitez découvrir le community organizing ?

Nous organisons des séminaires en ligne
pour transmettre les outils de l’organisation collective.

Vous souhaitez être accompagné•e•s dans vos combats ?

Nous vous soutenons dans votre structuration,
votre montée en puissance… et vos victoires !