Axiomes pour les organisateur·ices – Fred Ross, Sr. 1989

Traduit par Agathe Sezanne

Fred Ross (1910-1992) était l’un des organisateurs les plus influents de l’histoire américaine. Parmi ces missions, il a encadré des organisateur·ices comme Cesar Chavez et Dolores Huerta, il a aidé à obtenir la libération des japonais-américains internés pendant la Seconde Guerre mondiale, et il a consacré sa vie à construire le pouvoir politique des latino-américains à travers la Californie. On dit de son travail tenace qu’il a permis le changement profond du fonctionnement de l’organisation collective et syndicale aux États-Unis.

Les sages conseils de Ross continuent d’être diffusés aujourd’hui à travers son court livret, ‘Axioms for Organizers’ (Les Axiomes pour les Organisateur·ices). Aux États-Unis, ce petit livret peut être trouvé un peu partout dans les bureaux des associations de justice écologique et sociale, il est lu par les travailleur·euses lors des réunions syndicales, et sert de boussole aux organisateur·ices quand iels ont besoin d’inspiration, d’espoir et d’orientation.

Bien que certains des axiomes décrits ci-dessous ne soient pas alignés avec les valeurs d’Organisez-vous !, ces principes directeurs s’avèrent toujours très utiles pour les personnes engagées dans la création d’organisations et de mouvements pour la justice sociale.

Axiomes pour les organisateur·rices

 Commentaires croisés sur ce texte

Vous aimez nos contenus ? Pourquoi ne pas vous y abonner ?

Tous les jours – Organiser ne consiste pas simplement à accomplir une tâche une fois pour toutes et à s’en débarrasser. Si les organisateur·ices ne renouvellent pas leurs efforts chaque jour de leur vie, seuls les gens avares et cupides resteront actifs.

Faire « pour » les gens – Si vous pensez que vous pouvez tout faire pour les gens, vous ne comprenez plus ce que signifie être un·e organisateur·ice.

Diriger en poussant – Un·e organisateur·ice est un·e meneur·euse qui ne dirige pas, mais qui se place derrière les gens et les pousse en avant.

Devoir de l’organisateur·ice – Le devoir de l’organisateur·ice est de donner aux gens la possibilité de travailler pour ce en quoi iels croient.

Faire un suivi – 90% de l’organisation consiste à faire un suivi.

Ne jamais abandonner – Les bon·nes organisateur·ices n’abandonnent jamais – iels laissent leurs adversaires le faire.

Urgence – Un·e bon·ne organisateur·ice doit être capable d’insuffler un sens d’urgence suprême à une situation donnée.

« Du fond du cœur » – Comment peut-on émouvoir les autres à moins d’être ému·e soi-même ?

Petites choses – Si vous êtes capable de réaliser de grandes choses dans la vie, c’est parce que vous avez fait attention aux « petites » choses.

Travailler à moitié – Dans n’importe quel type de travail, si vous faites un travail à moitié, vous faites quand même une partie du travail ; en organisant, vous ne faites rien du tout.

Les personnes – Ce qui compte, c’est la façon dont les personnes sont, pas la façon dont vous voudriez qu’elles soient.

Raccourcis – Souvent les raccourcis se transforment en détours, qui mènent à des impasses.

L’organisation, c’est – L’organisation, c’est donner aux gens la possibilité de prendre conscience de leurs capacités et de leur potentiel.

Espoir – Pour susciter l’espoir, il faut espérer soi-même.

Conquérir le cœur et l’esprit – Pour conquérir le cœur et l’esprit des gens, oubliez les faits et les statistiques arides ; racontez-leur les histoires qui vous ont ralliées à la cause.

Questions – Quand vous êtes tenté·e d’affirmer quelque chose, posez plutôt une question.

Cet article de l'Université Populaire des Luttes
Est en accès libre car il est entièrement financé par vos contributions !

United Farmworkers 3 mile march for #immigration reform in #Salinas © Steve Rhodes

Organisateur·rice temporaire – Un·e organisateur·rice tente de transformer chaque personne qu’iel rencontre en organisateur·ice temporaire.

Demander #1 – Ne dites pas aux gens ce qu’il faut faire, demandez-leur.

Construire à nouveau – Ne cherchez pas à reconstruire une organisation morte ; repartez de zéro et construisez-en une nouvelle. (Cesar Chavez)

Organiser ou manipuler ? – Si vous incitez les gens à agir par et pour la vérité, telle que vous la concevez, alors vous êtes un·e organisateur·ice. Si vous les incitez à agir par la tromperie, alors vous les manipulez.

Faites-le maintenant #1 – S’il y a quelque chose à faire, faites-le maintenant.

Faites-le maintenant #2 – Si vous attendez d’avoir tout le temps, les gens et les ressources nécessaires pour avancer, vous n’y arriverez peut-être jamais ; parce qu’entre-temps, vous n’aurez pas effectué les actions indispensables pour y parvenir.

Gagner et perdre des gens – C’est facile de gagner des gens et encore deux fois plus facile de
les perdre.

Les perdant·es – Les perdant·es sont bourré·es d’alibis.

Peut-être – « Peut-être » est un double, voire un triple « non ! ».

Messages #1 – Rares sont les messages délivrés.

Le pouvoir du peuple – Le pouvoir du peuple doit être visible.

Rappeler les choses – Rappeler les choses est l’essence même de l’organisation.

Organiser – La seule façon d’organiser est de le faire, et non pas de rester assis·e à en discuter.

Burn-Out – Les organisateur·ices ne font pas de burn-out, iels abandonnent et cessent d’être des organisateur·ices.

Pression – Ce n’est pas la quantité de pression qu’on exerce qui compte, mais sa qualité.

Volonté #1 – Pour un·e organisateur·ice, rien ne peut se substituer à la volonté.

Demander #2 – Généralement, celleux qui peuvent consacrer un peu de temps à la cause sont en fait prêt·es à tout donner, si quelqu’un le leur demandait.

Concentration – Lorsque vous vous attaquez à une campagne ou à un problème important, vous vous y consacrez entièrement, en excluant totalement le reste, jusqu’à ce que la tâche soit accomplie.

Les personnes énergiques et enthousiastes : – Lorsque vous tombez sur des personnes pleines d’énergie et d’enthousiasme, mettez-les immédiatement au travail. Trouvez quelque chose qu’iels peuvent faire – n’importe quoi, même minime – faites les démarrer et être prêt·es à en faire plus, ou vous les perdrez.

Jusqu’au bout – Quand vous faites quelque chose, faites-le jusqu’au bout !

Leadership – Vous ne développez pas de nouveaux leaders, vous poussez les gens à agir en refusant de le faire vous-même. Vous leur donnez donc l’opportunité de prendre conscience de leurs propres capacités.

Volonté #2 – Un·e organisateur·ice doit suffisamment vouloir gagner, pour réussir.

Bénévoles – Ne soyez jamais si avide de bénévoles au point de faire leur travail à leur place, au lieu de demander qu’iels le fassent elleux-mêmes.

Choix le plus difficile – Le choix le plus difficile est généralement le bon.

Vacances – L’injustice ne prend jamais de vacances.

Monotonie – Le mouvement et l’émotion permettent de rompre la monotonie.

Reconnaissance #1 – La reconnaissance a une mémoire extrêmement courte, il faut donc battre le fer tant qu’il est chaud.

Reconnaissance #2 – Les personnes sont infiniment plus élogieuses sur ce qu’elles font pour vous que sur ce que vous faites pour elles. (Cesar Chavez)

Caesar Chavez at the national headquarters of the United Farm Workers Union, talking with grape boycott leaders, Keene, California

Community organizer Fred Ross, Sr. (1910 – 1992) stands next to Dolores Huerta, labor activist and co-founder of the United Farm Workers of America (UFW) at a press conference in Livingston, CA, ca.1975. (Photo by Cathy Murphy/Getty Images)

Respectez-vous – Ne vous laissez pas faire. Vous devez vivre et organiser de manière à vous respecter vous-même et à être traité·e avec respect par les autres.

Mettez les gens au travail – Ne donnez pas d’ordres aux gens, mettez-les au travail.

Le·a perturbateur·ice – Le·a perturbateur·ice est la forme la plus basse de la vie organisationnelle.

Être prêt·e – Un·e bon·ne organisateur·ice délègue les responsabilités mais est toujours prêt·e à intervenir et faire le travail ellui-même, si nécessaire (Saul Alinsky 1970).

Le pyromane social – Un·e bon·ne organisateur·ice est un·e pyromane social·e : où qu’iel passe, les gens s’enflamment.

Messages #2 – Il n’y a rien de moins susceptible d’être délivré qu’un message.

Atteindre les gens – Si vous ne pouvez pas joindre les gens pendant les heures normales, vous devez aller les chercher pendant les heures anormales, jusqu’à l’extrême limite de votre ténacité et de votre tolérance.

Brique par brique – Ce n’est pas difficile d’organiser si vous le faites grain par grain, brique par brique.

Les « beaux parleurs » – Méfiez-vous des « beaux parleurs ».

Détails – Un·e bon·ne organisateur·rice se mesure à l’attention qu’iel porte aux détails les plus infimes.

Aider les gens – Les organisateur·ices ne doivent pas se contenter d’aider les gens, iels doivent aussi les encourager.

Un temps pour le silence – Il y a un temps pour le bruit et un temps pour le silence et un·e bon·ne organisateur·rice doit être capable de faire la différence entre les deux.

Trouver cette personne – Pour maintenir une organisation en vie,vous devez trouver cette personne qui doit faire quelque chose contre l’injustice.

Les éléments accessoires – Les éléments accessoires constituent les éléments fondamentaux.

En savoir plus sur le·a traducteur·ice

Envie de continuer vos lectures ?

Les Archives de Cause Commune

Les Archives de Cause Commune

Entretien réalisé par Jean Michel Knutsen.Transcription réalisée par Henrique Lody en juillet 2023.Cause Commune est une démarche d’animation sociale et de développement. Cette expérience, lancée en 2001 au sein du Secours Catholique - Caritas France, vise la...

Axiomes pour les organisateur·ices : commentaires croisés

Axiomes pour les organisateur·ices : commentaires croisés

Fred Ross (1910-1992) était l'un des organisateurs les plus influents de l'histoire américaine. Parmi ces missions, il a encadré des organisateur·ices comme Cesar Chavez et Dolores Huerta, il a aidé à obtenir la libération des japonais-américains internés pendant la...