Abécédaire de l'organisation collective

A    B    C    D    E     F    G    H    I    J    K    L    M    N    O    P    Q    R    S    T    U    V    W    X    Y    Z

Derrière l’expression «community organizing» se cache une pratique politique très ancienne.

Au début du XXème siècle, “s’organiser” signifiait avant tout se réunir, s’allier, s’équiper et monter en puissance avant de se lancer dans la lutte.

Mais avec le temps (et l’oubli progressif des méthodes d’organisation collective), c’est tout un vocabulaire militant qui a été récupéré et/ou oublié, jusqu’à ce que même l’expression “s’organiser” perde son sens politique.

Le premier pas vers un changement de stratégie militante, c’est donc de se réapproprier le vocabulaire de l’organisation collective. C’est pourquoi nous vous proposons ici un petit abécédaire, qui a pour vocation de recenser et de définir, de façon claire et précise , tous les concepts-clés qui font la force du community organizing.

A comme…

Action collective

B comme…

Base

C comme…

Communauté

Une communauté est un groupe d’individus unis par une identité, des valeurs ou un objectif commun. Quand on parle d’organisation communautaire, le terme de communauté fait référence avant tout au lien de solidarité qui se construit autour de ce que l’on partage. On peut ainsi parler de « communauté de lutte » pour désigner celleux qui font le choix de s’allier pour militer ensemble.

→ Pour illustrer ce que peut être une communauté de lutte en ligne.

D comme…

Démocratie

E comme…

Engagement

L’engagement est l’élan profond qui motive les individus et les incite à consacrer leur temps et leur énergie à une cause donnée. Ainsi, le pouvoir d’une communauté de lutte repose directement sur l’engagement mutuel de ses membres, c’est-à-dire sur la solidarité qu’elles/ils éprouvent les un·es envers les autres. Le community organizing a donc pour objectif de faire émerger puis perdurer l’engagement collectif au sein d’un groupe.

→ Pour découvrir un exemple concret de dynamique d’engagement collectif sur près d’une décennie.

F comme…

Formation politique

G comme…

Gouvernance partagée

H comme…

Humilité

I comme…

Intérêt

L’intérêt, c’est l’attention que chacun·e porte à ce qui a de la valeur pour elle/lui. Il s’agit donc d’un ingrédient essentiel dans la dynamique de l’engagement. C’est pourquoi, plutôt que d’opposer les préoccupations quotidiennes des individus (souvent jugées égoïstes) à l’expression d’un intérêt général (présenté comme altruiste), il peut être fructueux de chercher de nouvelles façons d’articuler ces deux notions.

→ Pour approfondir l’idée d’un équilibre entre intérêt particulier et intérêt général.

J comme…

Justice

K comme…

Kaïros

En grec ancien, le kaïros désignait l’instant propice, l’opportunité à saisir ou encore le moment idéal. Les artistes de l’Antiquité représentaient cette idée en dépeignant un jeune homme en pleine course, et qu’une main viendrait agripper, in extremis, par les cheveux. Pour les militant·es d’aujourd’hui, cette notion permet de repérer (ou de provoquer) les évènements pendant lesquels elles/ils bénéficient d’un effet de souffle et peuvent monter en puissance sans s’épuiser.

→ Pour découvrir de nombreux exemples de ce que Saul Alinsky appelait « le ju jitsu de masse ».

L comme…

Leadership

M comme…

Mobiliser

Mobiliser, c’est être en capacité de rassembler, autour d’une même action collective, un grand nombre d’individus. La mobilisation n’est pas seulement une démonstration de force à l’égard d’une cible, c’est aussi un test de structure par lequel les militants prennent conscience de leur propre pouvoir. Mobiliser n’est donc pas un acte anodin ou spontané qu’il suffirait de déléguer aux réseaux sociaux : il s’agit d’un effort constant qui doit être à la fois planifié, discipliné et évalué.

→ Pour en savoir plus sur les conditions d’une mobilisation efficace.

N comme…

Négociation

La négociation est le moment d’une double reconnaissance : d’une part la cible des militant·es reconnaît qu’elle ne peut plus ignorer leur pouvoir collectif ; d’autre part les militant·e elleux-mêmes reconnaissent qu’elles/ils ont besoin de l’assentiment et des ressources de leur cible pour réaliser leurs revendications. Si l’un·e ou l’autre des acteur·ices refuse cet effort de reconnaissance, alors la négociation n’est plus qu’une confrontation stérile.

O comme…

Organisateur·ices

P comme…

Puissance et pouvoir

Par puissance on désigne la capacité à agir dont dispose chacun·e. Lorsqu’ils combinent leurs puissances, les individus font émerger un pouvoir, qui est l’expression formelle de leurs forces rassemblées. Très souvent, ce pouvoir est déposé dans les mains d’une seule personne, on parle de pouvoir positionnel. Mais quand ce pouvoir reste aux mains de la multitude et s’exprime sous forme de solidarité collective, alors on parle de pouvoir relationnel.

→ Pour s’approprier la notion de pouvoir relationnel.

Q comme…

Quartiers

R comme…

Récits

S comme…

Structure

T comme…

Théorie du changement

U comme…

Unité

V comme…

(Petites) victoires

Plutôt que de se donner des objectifs inatteignables, ou de planifier des actions spectaculaires mais perdues d’avance, il est souvent préférable pour les militant·es de cultiver les petites victoires. Car ce qui importe le plus, pour une communauté de lutte, c’est de changer les choses. Dès lors, plutôt que de considérer la victoire comme une possibilité lointaine, il est plus stratégique de l’envisager comme une série de petites étapes réalisables.

→ Pour découvrir comment une petite victoire a pu changer la législation d’un pays.

Plus d’outils : les formations-éclair

Vous avez envie d’agir et vous cherchez des outils qui vous permettent de construire une stratégie d’action ? Organisez-Vous vous propose des ateliers dédiés à prix libre.